HAZMAT MODINE – CICADA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux années se sont écoulées depuis mon premier plongeon dans l’univers d’Hazmat Modine. Après un premier album consacrant le Bahamut, bête immense que personne n’aurait jamais vu en raison de sa trop grande taille, l’octet de Brooklyn revient avec un second opus dans la lignée du premier. Toujours magistralement orchestré par l’harmoniste Wade Schuman, c’est la musique qui donne la pêche et la poire en bonus. Tout cela est follement festif. Ca nous rappelle sans cesse ces fins de soirées où la fanfare entame la danse de Saint-Guy sur un air décadant, nous donnant à tous un espoir bien réel car justement hors du temps. Je m’emporte peut-être, surement que la musique me fait parler, j’aime l’Amérique ! je n’ai pas peur de le dire, et Hazmat Modine me le rend bien ! Wade Schuman le dit lui même d’une belle manière :

Ce n’est pas que je joue des formes différentes de musique du monde. Je joue juste de la musique américaine avec ces musiques du monde qui la nourrissent de l’intérieur. »

C’est donc un syncrétisme de l’Amérique sans distinction de Nord et de Sud que l’on retrouve dans leurs albums, ils revisitent un siècle de musique allant du Calypso au Rocksteady, en passant par le Blues et la musique Klezmer, tout cela avec humour. Pourquoi attendre pour plonger ?

Je vous conseille donc de redécouvrir leur premier album Bahamut si vous ne le connaissez pas, et vous recommande de surcroit Cicada, sorti en 2011 sur Barbès Records, et qui n’a pas encore fait assez parler de lui…


Partager
Categorized: CHRONIQUES , Folk , Soul
Tagged: ,

This Post Has 0 Comments

Leave A Reply